Diverses techniques sont proposées, aquarelle, pastel, peinture à l’huile, peinture à acrylique sur toile ou sur bois, le fusain, la sanguine, l’encre de chine, le lavis.

Les chevalets sont à la disposition des élèves.

***********************************************************************************************************************

L’aquarelle.

 

materiel aquarelle

 

On peut remonter aux peintures rupestres et à celles trouvées dans les chambres funéraires en Égypte pour retrouver l’utilisation de pigments en suspension dans l’eau. Dès le III siècle en Chine on peint sur soie avec des encres et des colorants solubles dans l’eau. Dans l’Occident du X siècle on l’utilise associée à la feuille d’or dans les enluminures.

Les pigments utilisés pour l ‘aquarelle sont généralement les mêmes que ceux utilisés pour les autres techniques. Pigments naturels ou synthétiques, d’origine minérale végétale ou organique associés à :

* un liant, gomme arabique issue de la sève de l’acacia ou du cerisier

* de la glycérine

* du miel et du fiel de bœuf

* un épaississant (amidon, dextrine)

Deux techniques

Technique sèche : C’est la plus ancienne, une fois les premiers tons posés et après séchage complet on travaille les détails plus précisément en utilisant des couleurs moins diluées en allant des tons les plus clairs vers les plus foncés.

Technique dans le mouillé : Plus dynamique, elle impose de mouiller au préalable le support, elle permet d’obtenir des couleurs plus intenses, de les faire fusionner, d’effectuer des retraits de couleur sans abîmer le support. On obtient ainsi de nombreux effets, fondus, dégradés, camaïeux mais elle nécessite une bonne maîtrise du cycle de l’eau sur le papier.

 

Marie (2)

 

 

Le pastel.

 

pastel é

 

 

La texture du support est très importante, elle conditionne l’aspect final de l’œuvre.

Vraisemblablement inventé en France et en Italie. Très prisé au XVII. Ses couleurs franches permettent de rendre fidèlement les différentes textures. Il est indissociable de l’art du portrait et connaît son âge d’or au XVIII.

Le pastel se présente sous forme de bâtonnets composés :

* De pigments végétaux, minéraux, organiques.

* D’une charge, craie ou plâtre.

* D’un liant, gomme arabique pour le pastel sec, huile ou cire pour le pastel gras.

Pastels sec :

Tendres – pigments plus gomme arabique et craie offre la gamme chromatique la plus étendue.

Durs – plus solides se présentent sous forme de bâtonnets carrés.

Crayons pastels – pastels durs conditionnés sous forme de crayons de bois,

utiles pour un travail précis.

Pastels gras :

Pastels à la cire – conviennent aux techniques de croquis, ne permettent pas un travail abouti.

Pastels à l’huile – Mis au point par la boutique Sennelier à la demande de Pablo

Picasso (1949). La gomme arabique est remplacée par l’huile.

 

 

GV Aspara Ta Phrom Angkor Wat IMG_2772

 

La peinture à l’huile.

 

pei huile

 

 

En 2008 on a découvert dans les grottes Afghanes de Bamyan les plus vieilles peintures à l’huile connues à ce jour (VII)

Cette technique picturale apparaît en occident à la fin du moyen âge. Ce sont les primitifs flamands qui en ont généralisé l’usage supplantant alors la technique « à la tempera » utilisée depuis des temps immémoriaux (Égypte – peintres byzantins..)

Elle utilise un mélange de pigments et d’huile siccative, reposant sur la superposition de glacis.

La peinture à l’huile a évolué au fil des époques vers une technique plus en pâte enrichie à l’aide de médium.

 

Paulette Morel

 

La peinture  acrylique.

 

peinture-acrylique-lidl

 

Technique picturale utilisant des pigments mélangés à des résines synthétiques, elle apparait en Europe vers 1960.

Elle est constituée de pigments similaires à ceux de la peinture à l’huile, dont le broyage est moins affiné, et de résine acrylique ou polymère. Une charge (poudre de pierre ponce ou de marbre) peut-être ajoutée à la pâte.

Le dessin

Le dessin reste le moyen le plus simple pour réaliser une œuvre ou un croquis. Il a toujours été utilisé pour réaliser des études avant d’entreprendre une œuvre plus élaborée, l’artiste a à sa disposition toute une gamme de crayons et d’encres pour s’exprimer .

LA MINE DE PLOMB

Faite de graphite remplacée au 18° siècle par la plombagine artificielle (mélange de graphite et d’argile et inventé par Conté).

LE GRAPHITE

Carbone naturel ou artificiel cristallisé quasiment pur. Il est gris, noir, tendre et très friable.

LE FUSAIN

C’est une baguette de charbon de bois issue de l’arbrisseau du même nom. Fragile et très difficile à fixer dans le temps.

LA CRAIE

Courante au 16° siècle elle s’est généralisée au 18° pour servir de rehauts dans les dessins réalisés à la pierre noire et à la sanguine (technique des trois crayons utilisée par Watteau pour de nombreuses études).

PIERRE NOIRE D’ITALIE

Schiste argileux très dense.

PIERRE NOIRE ARTIFICIELLE

Mélange de noir de fumée et d’argile, elle remplace la précédente au 18°siècle.

LA SANGUINE

Il s’agit d’une argile ferrugineuse qui va du rouge clair au violacé.

L’ENCRE DE CHINE

Mélange de gélatine, de camphre et de noir de fumée.

LE LAVIS

On utilise l’encre de chine très diluée, étalée à l’aide d’un pinceau afin d’obtenir un camaïeu de tons allant du noir au sépia.

Sans oublier les crayons de couleurs ! Cet objet connu de tous depuis la maternelle n’a plus de secret pour personne, cependant il sait cacher à la perfection son potentiel !

La couleur qu’ils contiennent est composée des mêmes pigments que ceux du pastel, gouache, aquarelle ou peinture à l’huile, associés à un support qui est la cire. La qualité de la mine, c’est à dire de la cire, est primordiale dans la manière de travailler le crayon.